Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

JARDINS PAYSAGERS DES HOTELS

COUP DE COEUR - SO LANDSCAPE

Hôtel Bali Hyatt Sanur ( BALI – Indonesie )

hôtel 5 ***** 386 chambres et suites

Cette semaine hotels-tendances- jardins vous propose de découvrir un Hôtel mythique et surtout son remarquable et unique jardin de 14 hectares construit dans le style tropical romantique .

Historique

Ouvert en 1973, les jardins de l’hôtel étaient décrits comme un ingénieux système d’énormes boites de plantations, de labyrinthes de cheminements et d’espaces de jardins d’eau (architecte Kerry Hill)

Les 5 années suivantes, un architecte paysagiste Balinais a contribué à la mise en œuvre des arbres, des Bougainvilliers et des arbustes à fleur.

En 1981, l’architecte paysagiste australien Michael White (dont le nom Balinais est Made Wijaya et son associé Ketet Marsa ont introduits un style de modernisme tropical en dissociant les terrasses sous forme de jardins suspendus avec des talus de plantes colorées.

En tant que paysagiste, Made Wijaya a souvent été désigné comme le John Galliano des jardins. De fait, la vie de Made Wijaya se déroule à l'opposé de tout conformisme. II est un maître consommé de la surprise.

Made Wijaya est né en Australie sous le nom de Michael White. En 1973, alors qu'il était un jeune étudiant en architecture, il posa pour la première fois le pied à Bali après avoir, en pleine tempête, sauté d'un bateau et gagné le rivage à la nage. Fasciné par les riches culture et traditions de l'île, il décida de s'y installer. Il fut adopté par une famille balinaise, prit le nom de Made Wijaya et embrassa la vie spirituelle locale, rythmée par les cérémonies et les processions. Pour subvenir à ses besoins, il enseigna l'anglais et le tennis, s'essaya au métier de guide touristique, puis à celui de photographe de presse. Plus tard, il collabora à la rédaction de plusieurs guides et devint rédacteur pour le Bali Post, quotidien local.

Son talent et son énergie furent pleinement mis à contribution lorsqu'il fut chargé de composer un jardin pour l'Australien Warwick Purser sur l'idyllique domaine de Batu Jimbar à Sanur. Après un séjour en Angleterre, durant lequel il explora les Royal Botanic Gardens de Londres et certains des plus beaux parcs, Made Wijaya entreprit, à la demande de l'architecte Peter Muller, de transformer les jardins du vénérable hôtel the Oberoi à Bali. Depuis lors, il a dessiné près de huit cents parcs dans plus de vingt cinq pays du monde. Ces dernières années, Made Wijaya a élargi ses talents avec la conception de lampes, de mobilier de jardin et d'objets d'art sous la marque Wijaya classics. Made Wijaya travaille actuellement à Hawaï, en Chine, en Floride (jardin asiatique des Naples Botanical Gardens) et en Inde (anciens jardins du palais des nizams d'Hyderabad). Quel que soit le lieu où il s'exprime, son talent rend inévitablement hommage à sa patrie d'adoption, l'île de Bali.

Le concept était basé sur la création d’une relation intime entre le « construit » et le « naturel ».

En 1983 la fondation pour un jardin horticole tropical fut créée sur le site et les plus fameux artistes de Ubud contribuèrent à la mise en œuvre des sculptures primitives dans les espaces privatifs et dans les espaces communs de l’hôtel et des jardins.

Nouvelle piscine  , inspirée par les pièces d’eau de la grotte sanctuaire de Goa Gajah (cave de l’éléphant ) à Bedulu sur l’île de bali .

piscine sur le thème de Goa Gajah - cave de l'éléphant

piscine sur le thème de Goa Gajah - cave de l'éléphant

En 1985 Made Wijaya a complètement revu les principales ailes de l’hôtel, avec un jardin de cactus inspiré des jardins botaniques de Bugor (Java) , un jardin d’eau aux lotus et nénuphars agrémenté de fontaines et pierres à eau , un jardin de fougères, un jardin blanc dans une jungle ordonnée inspiré du fameux jardin blanc de Vita Sackville-West à Sissinghurst dans le Kent .

les collections s’enrichissent au fil du temps... .

La composition des parcours :

La composition riche de pavillons et de statuaires se réfère à la tradition balinaise prouvant ainsi que les styles traditionnel et romantique pouvaient coexister dans le paysagisme moderne, selon le terme balinais de « mataksu « qui renvoie à une vie en harmonie avec la voûte céleste .

De tous temps, le travail de l’architecte paysagiste a essentiellement consisté à favoriser l’intégration du bâti mais le travail sur les jardins du bali Hyatt Sanur illustre un mariage réussi entre la géométrie , l’art et les associations intimes de plantes.

Les pavillons à l’architecture épurée et les formes végétales dissociées et complexes se conjuguent harmonieusement pour composer les paysages aquatiques ; les jardins d’eau jouent aussi un rôle pratique dans les compositions paysagères , car ils rafraîchissent l’atmosphère et contribuent à la définition des espaces.

Les milieux arborés et cotiers sont parfaitement reconstitués sur l’ensemble du parc avec les multiples variétés de palmiers comme l’Alexandra palm dont le tronc monte parfaitement droit vers le ciel, les palmiers multipliants ( chrysalidocarpus lutescens ), les palmiers Livistona et Washingtonia en larges eventails partant du sol .

Les Cassias aux floraisons jaunes , l’Erythrina ou coral tree de couleur rouge sang ,arbre symbole de l’énergie à Bali sous le nom dadap kayu sakti et dont les fleurs sont utilisées dans de nombreuses cérémonies avec le frangipanier ( 3 variétés sont présentes sur l’île ). Les Flamboyants (Delonix regia) s’imposent par leur grande taille et leur floraison rouge ainsi que les cocotiers de toutes tailles et de tous ports .

Les plantes sont les éléments fluctuants et remarquables de la composition paysagère , ces matériaux vivants utilisent les courbes et la langueur des plantes pour abriter et ombrager les cours et les patios du soleil tropical.

Dans ces jardins de l’hôtel , la palette de plantes utilisées est très importante et notamment les variétés à larges feuilles , les Palmiers , les cycadées, les bambous, les héliconies et autres philodendrons mais aussi le mélange des Alocasia avec les Anthurium, les plantes grimpantes du genre Monstera, les Thunbergia orange ou blanche, Petrea volubilis de couleur mauve , Quiscalis indica, Bauhinia aux fleurs oranges, Allamanda jaune ou violet, Strongylodon riche de multiples fleurs bleues et vert jaune, Russelia couleur sang et surtout Bougainvillea aux coloris multiples et utilisés en lianes , en arbustes et en couvre-mur.

Les tapis de mélange de couvre sols , en arrière-plan et conçus comme des tableaux ou comme un camaîeu dont le dessin principal est d’une seule couleur choisie par contraste sur une couleur de fond opposée imitant les camées , sont remarquables par la diversité et le mélange intime des coloris des feuillages et des floraisons et comme éléments de base de la modernité tropicale ; les variétés Ophiopogon aux feuillages pourpres et verts , Tradescentia , Zoysia , Xiphidium , Portulaca rose et blanche , Kalanchoe dans les teintes roses, jaunes , rouges , oranges ,, Lantana orange , Iresine rouge pourpre,Hymenocallis ou lis blanc , Anthurium rouge et blanc , Caladium aux feuillages panachés , Sanseviera… accompagnent les Cycas , les fougères, les palmiers nains , les frangipaniers blancs ou roses et les dragonniers .

Au niveau des arbustes , le monde tropical affiche une richesse inégalable, Acalypha , Codiaeum ( crotons) aux feuillages colorés, Gardenia blanc ,Dracaena aux feuilles rubanées, Ixora rouge et jaune , Agaves , Cordyline pourpre ,Pandanus panachés et Pandanus nains, Coccoloba et frangipaniers le long des cheminements cotiers et hibiscus aux floraisons et aux tailles variées.

Les Schefflera qui peuvent croitre jusqu’à 15 mètres et le figuier grimpant capable de couvrir tout un édifice

Les broméliacées et les plantes épiphytes , chers à l’architecte paysagiste R.Burle Marx, et leurs feuillages affichent une grande richesse de couleurs et de formes, panachées ou tachetées et dont la mixité est utilisée pour la création de subtils accents de couleurs . ( Guzmania , Ananas sauvage, Alcantharea, Aechmea) .

Les orchidées sont aussi introduites dans les parcours comme dans les compositions florales intérieures

Ce parc est aussi conçu pour être utilisé et habité la nuit notamment lors des cocktails et les buffets exterieurs L’éclairage indirect des plantes et des frondaisons des arbres avec des lumières « froides « contribue au romantisme des promenades nocturnes . L’utilisation aussi de lanternes et l’éclairage par le sol des statues contribuent à l’esthétisme de ce jardin et à l’agrément des cheminements des piétons le long de la plage .

1) Roberto burle Marx né à Sao Paulo en 1909 est l’un principaux instigateurs du modernisme dans le paysage tropical d’Amérique latine ; il a conçu plus de 3000 parcs et jardins à Los Angeles, Miami , Washington , Santiago du Chil , Caracas et en Europe ; il est décédé en 1994.

« Les arbres nous enseignent la patience: ils ne baissent pas les bras à la première tempête venue. » de Carl Beaupré
« Les arbres nous enseignent la patience: ils ne baissent pas les bras à la première tempête venue. » de Carl Beaupré
« Les arbres nous enseignent la patience: ils ne baissent pas les bras à la première tempête venue. » de Carl Beaupré
« Les arbres nous enseignent la patience: ils ne baissent pas les bras à la première tempête venue. » de Carl Beaupré
« Les arbres nous enseignent la patience: ils ne baissent pas les bras à la première tempête venue. » de Carl Beaupré
« Les arbres nous enseignent la patience: ils ne baissent pas les bras à la première tempête venue. » de Carl Beaupré
« Les arbres nous enseignent la patience: ils ne baissent pas les bras à la première tempête venue. » de Carl Beaupré
« Les arbres nous enseignent la patience: ils ne baissent pas les bras à la première tempête venue. » de Carl Beaupré
« Les arbres nous enseignent la patience: ils ne baissent pas les bras à la première tempête venue. » de Carl Beaupré
« Les arbres nous enseignent la patience: ils ne baissent pas les bras à la première tempête venue. » de Carl Beaupré
« Les arbres nous enseignent la patience: ils ne baissent pas les bras à la première tempête venue. » de Carl Beaupré
« Les arbres nous enseignent la patience: ils ne baissent pas les bras à la première tempête venue. » de Carl Beaupré
« Les arbres nous enseignent la patience: ils ne baissent pas les bras à la première tempête venue. » de Carl Beaupré
« Les arbres nous enseignent la patience: ils ne baissent pas les bras à la première tempête venue. » de Carl Beaupré
« Les arbres nous enseignent la patience: ils ne baissent pas les bras à la première tempête venue. » de Carl Beaupré

« Les arbres nous enseignent la patience: ils ne baissent pas les bras à la première tempête venue. » de Carl Beaupré

Rêve de Bali ." L’attente d’un petit paradis, tel que Bali, Est une rêverie de vestiges ensevelis. Parfois, j’imagine ses splendides horizons, Une fugue de fleurs exotiques à foison : Joie des belles danseuses aux costumes d’or ; Une musique étrange du gamelan sonore… Philosophie d’un envol astral dans cet éden Ou songe nocturne d’une extase soudaine. Une merveilleuse errance au pays des dieux, Espérance auréolée d’un hymne radieux, Chagrinée, quelquefois, par le courroux des cieux. Cheminons de concert dans cette île magique, Ensemble, parcourons ces villages béatifiques, Au spectacle de danse, le temps, suspendons, Milieu propice à un délicieux abandon. Des offrandes, en hommage aux bons esprits, Rizières aux courbes coquettes qu’elles s’approprient Jusqu’aux temples disséminés dans la forêt, Cœurs balinais beaux, dignes et pleins de secrets, De vapeurs d’encens, nimbés d’arômes évanescents ; L’île complice, à Ubud, mène nos pas effervescents. De vagues réminiscences d’un passé voilé, Bali, précieux vestiges de souvenirs auréolés.Mahé Roselyne
Rêve de Bali ." L’attente d’un petit paradis, tel que Bali, Est une rêverie de vestiges ensevelis. Parfois, j’imagine ses splendides horizons, Une fugue de fleurs exotiques à foison : Joie des belles danseuses aux costumes d’or ; Une musique étrange du gamelan sonore… Philosophie d’un envol astral dans cet éden Ou songe nocturne d’une extase soudaine. Une merveilleuse errance au pays des dieux, Espérance auréolée d’un hymne radieux, Chagrinée, quelquefois, par le courroux des cieux. Cheminons de concert dans cette île magique, Ensemble, parcourons ces villages béatifiques, Au spectacle de danse, le temps, suspendons, Milieu propice à un délicieux abandon. Des offrandes, en hommage aux bons esprits, Rizières aux courbes coquettes qu’elles s’approprient Jusqu’aux temples disséminés dans la forêt, Cœurs balinais beaux, dignes et pleins de secrets, De vapeurs d’encens, nimbés d’arômes évanescents ; L’île complice, à Ubud, mène nos pas effervescents. De vagues réminiscences d’un passé voilé, Bali, précieux vestiges de souvenirs auréolés.Mahé Roselyne
Rêve de Bali ." L’attente d’un petit paradis, tel que Bali, Est une rêverie de vestiges ensevelis. Parfois, j’imagine ses splendides horizons, Une fugue de fleurs exotiques à foison : Joie des belles danseuses aux costumes d’or ; Une musique étrange du gamelan sonore… Philosophie d’un envol astral dans cet éden Ou songe nocturne d’une extase soudaine. Une merveilleuse errance au pays des dieux, Espérance auréolée d’un hymne radieux, Chagrinée, quelquefois, par le courroux des cieux. Cheminons de concert dans cette île magique, Ensemble, parcourons ces villages béatifiques, Au spectacle de danse, le temps, suspendons, Milieu propice à un délicieux abandon. Des offrandes, en hommage aux bons esprits, Rizières aux courbes coquettes qu’elles s’approprient Jusqu’aux temples disséminés dans la forêt, Cœurs balinais beaux, dignes et pleins de secrets, De vapeurs d’encens, nimbés d’arômes évanescents ; L’île complice, à Ubud, mène nos pas effervescents. De vagues réminiscences d’un passé voilé, Bali, précieux vestiges de souvenirs auréolés.Mahé Roselyne
Rêve de Bali ." L’attente d’un petit paradis, tel que Bali, Est une rêverie de vestiges ensevelis. Parfois, j’imagine ses splendides horizons, Une fugue de fleurs exotiques à foison : Joie des belles danseuses aux costumes d’or ; Une musique étrange du gamelan sonore… Philosophie d’un envol astral dans cet éden Ou songe nocturne d’une extase soudaine. Une merveilleuse errance au pays des dieux, Espérance auréolée d’un hymne radieux, Chagrinée, quelquefois, par le courroux des cieux. Cheminons de concert dans cette île magique, Ensemble, parcourons ces villages béatifiques, Au spectacle de danse, le temps, suspendons, Milieu propice à un délicieux abandon. Des offrandes, en hommage aux bons esprits, Rizières aux courbes coquettes qu’elles s’approprient Jusqu’aux temples disséminés dans la forêt, Cœurs balinais beaux, dignes et pleins de secrets, De vapeurs d’encens, nimbés d’arômes évanescents ; L’île complice, à Ubud, mène nos pas effervescents. De vagues réminiscences d’un passé voilé, Bali, précieux vestiges de souvenirs auréolés.Mahé Roselyne
Rêve de Bali ." L’attente d’un petit paradis, tel que Bali, Est une rêverie de vestiges ensevelis. Parfois, j’imagine ses splendides horizons, Une fugue de fleurs exotiques à foison : Joie des belles danseuses aux costumes d’or ; Une musique étrange du gamelan sonore… Philosophie d’un envol astral dans cet éden Ou songe nocturne d’une extase soudaine. Une merveilleuse errance au pays des dieux, Espérance auréolée d’un hymne radieux, Chagrinée, quelquefois, par le courroux des cieux. Cheminons de concert dans cette île magique, Ensemble, parcourons ces villages béatifiques, Au spectacle de danse, le temps, suspendons, Milieu propice à un délicieux abandon. Des offrandes, en hommage aux bons esprits, Rizières aux courbes coquettes qu’elles s’approprient Jusqu’aux temples disséminés dans la forêt, Cœurs balinais beaux, dignes et pleins de secrets, De vapeurs d’encens, nimbés d’arômes évanescents ; L’île complice, à Ubud, mène nos pas effervescents. De vagues réminiscences d’un passé voilé, Bali, précieux vestiges de souvenirs auréolés.Mahé Roselyne
Rêve de Bali ." L’attente d’un petit paradis, tel que Bali, Est une rêverie de vestiges ensevelis. Parfois, j’imagine ses splendides horizons, Une fugue de fleurs exotiques à foison : Joie des belles danseuses aux costumes d’or ; Une musique étrange du gamelan sonore… Philosophie d’un envol astral dans cet éden Ou songe nocturne d’une extase soudaine. Une merveilleuse errance au pays des dieux, Espérance auréolée d’un hymne radieux, Chagrinée, quelquefois, par le courroux des cieux. Cheminons de concert dans cette île magique, Ensemble, parcourons ces villages béatifiques, Au spectacle de danse, le temps, suspendons, Milieu propice à un délicieux abandon. Des offrandes, en hommage aux bons esprits, Rizières aux courbes coquettes qu’elles s’approprient Jusqu’aux temples disséminés dans la forêt, Cœurs balinais beaux, dignes et pleins de secrets, De vapeurs d’encens, nimbés d’arômes évanescents ; L’île complice, à Ubud, mène nos pas effervescents. De vagues réminiscences d’un passé voilé, Bali, précieux vestiges de souvenirs auréolés.Mahé Roselyne
Rêve de Bali ." L’attente d’un petit paradis, tel que Bali, Est une rêverie de vestiges ensevelis. Parfois, j’imagine ses splendides horizons, Une fugue de fleurs exotiques à foison : Joie des belles danseuses aux costumes d’or ; Une musique étrange du gamelan sonore… Philosophie d’un envol astral dans cet éden Ou songe nocturne d’une extase soudaine. Une merveilleuse errance au pays des dieux, Espérance auréolée d’un hymne radieux, Chagrinée, quelquefois, par le courroux des cieux. Cheminons de concert dans cette île magique, Ensemble, parcourons ces villages béatifiques, Au spectacle de danse, le temps, suspendons, Milieu propice à un délicieux abandon. Des offrandes, en hommage aux bons esprits, Rizières aux courbes coquettes qu’elles s’approprient Jusqu’aux temples disséminés dans la forêt, Cœurs balinais beaux, dignes et pleins de secrets, De vapeurs d’encens, nimbés d’arômes évanescents ; L’île complice, à Ubud, mène nos pas effervescents. De vagues réminiscences d’un passé voilé, Bali, précieux vestiges de souvenirs auréolés.Mahé Roselyne
Rêve de Bali ." L’attente d’un petit paradis, tel que Bali, Est une rêverie de vestiges ensevelis. Parfois, j’imagine ses splendides horizons, Une fugue de fleurs exotiques à foison : Joie des belles danseuses aux costumes d’or ; Une musique étrange du gamelan sonore… Philosophie d’un envol astral dans cet éden Ou songe nocturne d’une extase soudaine. Une merveilleuse errance au pays des dieux, Espérance auréolée d’un hymne radieux, Chagrinée, quelquefois, par le courroux des cieux. Cheminons de concert dans cette île magique, Ensemble, parcourons ces villages béatifiques, Au spectacle de danse, le temps, suspendons, Milieu propice à un délicieux abandon. Des offrandes, en hommage aux bons esprits, Rizières aux courbes coquettes qu’elles s’approprient Jusqu’aux temples disséminés dans la forêt, Cœurs balinais beaux, dignes et pleins de secrets, De vapeurs d’encens, nimbés d’arômes évanescents ; L’île complice, à Ubud, mène nos pas effervescents. De vagues réminiscences d’un passé voilé, Bali, précieux vestiges de souvenirs auréolés.Mahé Roselyne
Rêve de Bali ." L’attente d’un petit paradis, tel que Bali, Est une rêverie de vestiges ensevelis. Parfois, j’imagine ses splendides horizons, Une fugue de fleurs exotiques à foison : Joie des belles danseuses aux costumes d’or ; Une musique étrange du gamelan sonore… Philosophie d’un envol astral dans cet éden Ou songe nocturne d’une extase soudaine. Une merveilleuse errance au pays des dieux, Espérance auréolée d’un hymne radieux, Chagrinée, quelquefois, par le courroux des cieux. Cheminons de concert dans cette île magique, Ensemble, parcourons ces villages béatifiques, Au spectacle de danse, le temps, suspendons, Milieu propice à un délicieux abandon. Des offrandes, en hommage aux bons esprits, Rizières aux courbes coquettes qu’elles s’approprient Jusqu’aux temples disséminés dans la forêt, Cœurs balinais beaux, dignes et pleins de secrets, De vapeurs d’encens, nimbés d’arômes évanescents ; L’île complice, à Ubud, mène nos pas effervescents. De vagues réminiscences d’un passé voilé, Bali, précieux vestiges de souvenirs auréolés.Mahé Roselyne
Rêve de Bali ." L’attente d’un petit paradis, tel que Bali, Est une rêverie de vestiges ensevelis. Parfois, j’imagine ses splendides horizons, Une fugue de fleurs exotiques à foison : Joie des belles danseuses aux costumes d’or ; Une musique étrange du gamelan sonore… Philosophie d’un envol astral dans cet éden Ou songe nocturne d’une extase soudaine. Une merveilleuse errance au pays des dieux, Espérance auréolée d’un hymne radieux, Chagrinée, quelquefois, par le courroux des cieux. Cheminons de concert dans cette île magique, Ensemble, parcourons ces villages béatifiques, Au spectacle de danse, le temps, suspendons, Milieu propice à un délicieux abandon. Des offrandes, en hommage aux bons esprits, Rizières aux courbes coquettes qu’elles s’approprient Jusqu’aux temples disséminés dans la forêt, Cœurs balinais beaux, dignes et pleins de secrets, De vapeurs d’encens, nimbés d’arômes évanescents ; L’île complice, à Ubud, mène nos pas effervescents. De vagues réminiscences d’un passé voilé, Bali, précieux vestiges de souvenirs auréolés.Mahé Roselyne
Rêve de Bali ." L’attente d’un petit paradis, tel que Bali, Est une rêverie de vestiges ensevelis. Parfois, j’imagine ses splendides horizons, Une fugue de fleurs exotiques à foison : Joie des belles danseuses aux costumes d’or ; Une musique étrange du gamelan sonore… Philosophie d’un envol astral dans cet éden Ou songe nocturne d’une extase soudaine. Une merveilleuse errance au pays des dieux, Espérance auréolée d’un hymne radieux, Chagrinée, quelquefois, par le courroux des cieux. Cheminons de concert dans cette île magique, Ensemble, parcourons ces villages béatifiques, Au spectacle de danse, le temps, suspendons, Milieu propice à un délicieux abandon. Des offrandes, en hommage aux bons esprits, Rizières aux courbes coquettes qu’elles s’approprient Jusqu’aux temples disséminés dans la forêt, Cœurs balinais beaux, dignes et pleins de secrets, De vapeurs d’encens, nimbés d’arômes évanescents ; L’île complice, à Ubud, mène nos pas effervescents. De vagues réminiscences d’un passé voilé, Bali, précieux vestiges de souvenirs auréolés.Mahé Roselyne
Rêve de Bali ." L’attente d’un petit paradis, tel que Bali, Est une rêverie de vestiges ensevelis. Parfois, j’imagine ses splendides horizons, Une fugue de fleurs exotiques à foison : Joie des belles danseuses aux costumes d’or ; Une musique étrange du gamelan sonore… Philosophie d’un envol astral dans cet éden Ou songe nocturne d’une extase soudaine. Une merveilleuse errance au pays des dieux, Espérance auréolée d’un hymne radieux, Chagrinée, quelquefois, par le courroux des cieux. Cheminons de concert dans cette île magique, Ensemble, parcourons ces villages béatifiques, Au spectacle de danse, le temps, suspendons, Milieu propice à un délicieux abandon. Des offrandes, en hommage aux bons esprits, Rizières aux courbes coquettes qu’elles s’approprient Jusqu’aux temples disséminés dans la forêt, Cœurs balinais beaux, dignes et pleins de secrets, De vapeurs d’encens, nimbés d’arômes évanescents ; L’île complice, à Ubud, mène nos pas effervescents. De vagues réminiscences d’un passé voilé, Bali, précieux vestiges de souvenirs auréolés.Mahé Roselyne
Rêve de Bali ." L’attente d’un petit paradis, tel que Bali, Est une rêverie de vestiges ensevelis. Parfois, j’imagine ses splendides horizons, Une fugue de fleurs exotiques à foison : Joie des belles danseuses aux costumes d’or ; Une musique étrange du gamelan sonore… Philosophie d’un envol astral dans cet éden Ou songe nocturne d’une extase soudaine. Une merveilleuse errance au pays des dieux, Espérance auréolée d’un hymne radieux, Chagrinée, quelquefois, par le courroux des cieux. Cheminons de concert dans cette île magique, Ensemble, parcourons ces villages béatifiques, Au spectacle de danse, le temps, suspendons, Milieu propice à un délicieux abandon. Des offrandes, en hommage aux bons esprits, Rizières aux courbes coquettes qu’elles s’approprient Jusqu’aux temples disséminés dans la forêt, Cœurs balinais beaux, dignes et pleins de secrets, De vapeurs d’encens, nimbés d’arômes évanescents ; L’île complice, à Ubud, mène nos pas effervescents. De vagues réminiscences d’un passé voilé, Bali, précieux vestiges de souvenirs auréolés.Mahé Roselyne
Rêve de Bali ." L’attente d’un petit paradis, tel que Bali, Est une rêverie de vestiges ensevelis. Parfois, j’imagine ses splendides horizons, Une fugue de fleurs exotiques à foison : Joie des belles danseuses aux costumes d’or ; Une musique étrange du gamelan sonore… Philosophie d’un envol astral dans cet éden Ou songe nocturne d’une extase soudaine. Une merveilleuse errance au pays des dieux, Espérance auréolée d’un hymne radieux, Chagrinée, quelquefois, par le courroux des cieux. Cheminons de concert dans cette île magique, Ensemble, parcourons ces villages béatifiques, Au spectacle de danse, le temps, suspendons, Milieu propice à un délicieux abandon. Des offrandes, en hommage aux bons esprits, Rizières aux courbes coquettes qu’elles s’approprient Jusqu’aux temples disséminés dans la forêt, Cœurs balinais beaux, dignes et pleins de secrets, De vapeurs d’encens, nimbés d’arômes évanescents ; L’île complice, à Ubud, mène nos pas effervescents. De vagues réminiscences d’un passé voilé, Bali, précieux vestiges de souvenirs auréolés.Mahé Roselyne
Rêve de Bali ." L’attente d’un petit paradis, tel que Bali, Est une rêverie de vestiges ensevelis. Parfois, j’imagine ses splendides horizons, Une fugue de fleurs exotiques à foison : Joie des belles danseuses aux costumes d’or ; Une musique étrange du gamelan sonore… Philosophie d’un envol astral dans cet éden Ou songe nocturne d’une extase soudaine. Une merveilleuse errance au pays des dieux, Espérance auréolée d’un hymne radieux, Chagrinée, quelquefois, par le courroux des cieux. Cheminons de concert dans cette île magique, Ensemble, parcourons ces villages béatifiques, Au spectacle de danse, le temps, suspendons, Milieu propice à un délicieux abandon. Des offrandes, en hommage aux bons esprits, Rizières aux courbes coquettes qu’elles s’approprient Jusqu’aux temples disséminés dans la forêt, Cœurs balinais beaux, dignes et pleins de secrets, De vapeurs d’encens, nimbés d’arômes évanescents ; L’île complice, à Ubud, mène nos pas effervescents. De vagues réminiscences d’un passé voilé, Bali, précieux vestiges de souvenirs auréolés.Mahé Roselyne

Rêve de Bali ." L’attente d’un petit paradis, tel que Bali, Est une rêverie de vestiges ensevelis. Parfois, j’imagine ses splendides horizons, Une fugue de fleurs exotiques à foison : Joie des belles danseuses aux costumes d’or ; Une musique étrange du gamelan sonore… Philosophie d’un envol astral dans cet éden Ou songe nocturne d’une extase soudaine. Une merveilleuse errance au pays des dieux, Espérance auréolée d’un hymne radieux, Chagrinée, quelquefois, par le courroux des cieux. Cheminons de concert dans cette île magique, Ensemble, parcourons ces villages béatifiques, Au spectacle de danse, le temps, suspendons, Milieu propice à un délicieux abandon. Des offrandes, en hommage aux bons esprits, Rizières aux courbes coquettes qu’elles s’approprient Jusqu’aux temples disséminés dans la forêt, Cœurs balinais beaux, dignes et pleins de secrets, De vapeurs d’encens, nimbés d’arômes évanescents ; L’île complice, à Ubud, mène nos pas effervescents. De vagues réminiscences d’un passé voilé, Bali, précieux vestiges de souvenirs auréolés.Mahé Roselyne

Le “Style Keliki” désigne cet art de la miniature balinaise qui remonte à des temps anciens et que la tradition orale a continué de perpétuer jusqu’à nos jours. L'école de Keliki hérite de l'ancienne école de Batuan mais a su quant à elle, conserver les règles de l'authenticité première alors que l'école de Batuan, de par sa situation proche des lieux touristiques, a fini par céder à l'influence de la peinture contemporaine dite abstraite. L’art à Bali possède une fonction sacrale et pour un peintre-paysan de Keliki, peindre une Sarasvati (déèsse de la Connaissance, de la Parole et des Arts) ou un Rama et Sita a toujours relevé d’un acte rituel, d'une sorte de méditation artistique : on se doit d'honorer les Dieux en les imitant pour créer de la beauté. Les thèmes sont   -  soit d'inspiration religieuse (personnages du panthéon hindouiste, Ramayana, Mahabharata ...)    -  soit figurent les danses rituelles (Barong, Baris, Legong, Kecak ...)   -  soit liés à la description de la nature (récolte du riz, paysages d'oiseaux et de hérons ...)   -  soit plus rarement d'inspiration libre (scènes de grenouilles anthropomorphes, portraits, etc).
Le “Style Keliki” désigne cet art de la miniature balinaise qui remonte à des temps anciens et que la tradition orale a continué de perpétuer jusqu’à nos jours. L'école de Keliki hérite de l'ancienne école de Batuan mais a su quant à elle, conserver les règles de l'authenticité première alors que l'école de Batuan, de par sa situation proche des lieux touristiques, a fini par céder à l'influence de la peinture contemporaine dite abstraite. L’art à Bali possède une fonction sacrale et pour un peintre-paysan de Keliki, peindre une Sarasvati (déèsse de la Connaissance, de la Parole et des Arts) ou un Rama et Sita a toujours relevé d’un acte rituel, d'une sorte de méditation artistique : on se doit d'honorer les Dieux en les imitant pour créer de la beauté. Les thèmes sont   -  soit d'inspiration religieuse (personnages du panthéon hindouiste, Ramayana, Mahabharata ...)    -  soit figurent les danses rituelles (Barong, Baris, Legong, Kecak ...)   -  soit liés à la description de la nature (récolte du riz, paysages d'oiseaux et de hérons ...)   -  soit plus rarement d'inspiration libre (scènes de grenouilles anthropomorphes, portraits, etc).Le “Style Keliki” désigne cet art de la miniature balinaise qui remonte à des temps anciens et que la tradition orale a continué de perpétuer jusqu’à nos jours. L'école de Keliki hérite de l'ancienne école de Batuan mais a su quant à elle, conserver les règles de l'authenticité première alors que l'école de Batuan, de par sa situation proche des lieux touristiques, a fini par céder à l'influence de la peinture contemporaine dite abstraite. L’art à Bali possède une fonction sacrale et pour un peintre-paysan de Keliki, peindre une Sarasvati (déèsse de la Connaissance, de la Parole et des Arts) ou un Rama et Sita a toujours relevé d’un acte rituel, d'une sorte de méditation artistique : on se doit d'honorer les Dieux en les imitant pour créer de la beauté. Les thèmes sont   -  soit d'inspiration religieuse (personnages du panthéon hindouiste, Ramayana, Mahabharata ...)    -  soit figurent les danses rituelles (Barong, Baris, Legong, Kecak ...)   -  soit liés à la description de la nature (récolte du riz, paysages d'oiseaux et de hérons ...)   -  soit plus rarement d'inspiration libre (scènes de grenouilles anthropomorphes, portraits, etc).

Le “Style Keliki” désigne cet art de la miniature balinaise qui remonte à des temps anciens et que la tradition orale a continué de perpétuer jusqu’à nos jours. L'école de Keliki hérite de l'ancienne école de Batuan mais a su quant à elle, conserver les règles de l'authenticité première alors que l'école de Batuan, de par sa situation proche des lieux touristiques, a fini par céder à l'influence de la peinture contemporaine dite abstraite. L’art à Bali possède une fonction sacrale et pour un peintre-paysan de Keliki, peindre une Sarasvati (déèsse de la Connaissance, de la Parole et des Arts) ou un Rama et Sita a toujours relevé d’un acte rituel, d'une sorte de méditation artistique : on se doit d'honorer les Dieux en les imitant pour créer de la beauté. Les thèmes sont - soit d'inspiration religieuse (personnages du panthéon hindouiste, Ramayana, Mahabharata ...) - soit figurent les danses rituelles (Barong, Baris, Legong, Kecak ...) - soit liés à la description de la nature (récolte du riz, paysages d'oiseaux et de hérons ...) - soit plus rarement d'inspiration libre (scènes de grenouilles anthropomorphes, portraits, etc).

UN ARBUSTE EN VEDETTE

LE BOUGAINVILLIER

Certaines de ses espèces sont appelées bougainvillée (féminin) ou bougainvillier (masculin), notamment Bougainvillea glabra, Bougainvillea spectabilis et Bougainvillea buttiana

Le 15 novembre 1766. Louis Antoine de Bougainville quitte le port de Nantes à bord de la frégate la Boudeuse, pour un voyage au tour du monde, qui durera 3 ans. Il s’agit du premier tour du monde français. Mandaté par le roi Louis XV, l’objectif du voyage est multiple : découvrir de nouvelles terres propices à la fondation de nouveaux comptoirs, ouvrir une nouvelle route vers la Chine, contrôler longitudes et latitudes des terres déjà découvertes, rechercher de nouvelles plantes d’épices. Une équipe scientifique : cartographe, astronome, botaniste, embarque à bord d’un second bateau, l’Etoile et rejoint la Boudeuse en baie de Rio de Janeiro, en juin 1767. Philibert Commerson, médecin naturaliste du voyage réalise alors ses premières explorations botaniques et découvre un arbrisseau à la floraison opulente. Il le nomme Bougainvillea en l’honneur du chef de l’expédition. Plus tard, lors de l’escale à l’Isle de France (Ile Maurice) Philibert Commerson retrouve son ami Pierre Poivre qui le convainc de quitter l’expédition pour rester l’aider à développer la culture « d’épiceries » sur les Iles de Mascareignes (Maurice, Réunion et Rodrigues). Philibert Commerson a consacré sa vie à la botanique ( source Ti jardin)

Ce sont des arbustes épineux grimpants aux vives couleurs qui contrairement aux apparences ne sont pas dues aux fleurs. Celles-ci sont petites et blanches, et ce sont les bractées de l'extrémité des rameaux qui les entourent qui offrent des coloris variés : rose, rouge, mauve, orange, jaune, blanc.

Famille: Nyctaginacées

Origine: Brésil

Période de floraison: printemps, été

Couleur des fleurs: blanc-crème, insignifiantes, entourées de bractées (1 colorées (blanc, jaune, orange, rouge, violet)

Utilisation: haie, muret, pergola, bac, bonsaï

Hauteur: 5 /7 m

1) bractée : Désigne un organe ressemblant à une feuille mais aux dimensions et aux formes différentes de celle-ci, situé à la base d'un pédoncule, d'une fleur ou d'une inflorescence. Plus simplement : petite feuille qui se trouve à l'aisselle des fleurs.

"Aux pétales crucifiés de mon être renaîtra le bougainvillier crucifère"    Author	Liliane Py"Aux pétales crucifiés de mon être renaîtra le bougainvillier crucifère"    Author	Liliane Py"Aux pétales crucifiés de mon être renaîtra le bougainvillier crucifère"    Author	Liliane Py
"Aux pétales crucifiés de mon être renaîtra le bougainvillier crucifère"    Author	Liliane Py"Aux pétales crucifiés de mon être renaîtra le bougainvillier crucifère"    Author	Liliane Py"Aux pétales crucifiés de mon être renaîtra le bougainvillier crucifère"    Author	Liliane Py

"Aux pétales crucifiés de mon être renaîtra le bougainvillier crucifère" Author Liliane Py

Pendant ce séjour Bali, l'apaisement total et loin du tourbillon quotidien vous attend dans les hôtels avec vue mer ou en bord de plage pour tous les amoureux de l'océan.

Tag(s) : #ASIE

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :