Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

JARDINS PAYSAGERS DES HOTELS

COUP DE CŒUR - SO LANDSCAPE

Hôtel Belmond la Résidence d'Angkor

la Résidence d’Angkor bénéficie d’un emplacement privilégié en centre ville de Siem Reap. Cet hôtel de luxe au design de tradition Kmer au Cambodge longe la rivière Stung, avec un environnement apaisant et propice à la relaxation.
Le marché de Siem Reap ainsi que le temple d’Angkor Wat sont à quelques minutes seulement.
71 chambres et suites 5 ***** dans un étonnant jardin tropical .
"La vie est comme un arc en ciel : il faut la pluie et le soleil pour voir la couleur" proverbe Cambodgiens

"La vie est comme un arc en ciel : il faut la pluie et le soleil pour voir la couleur" proverbe Cambodgiens

Alliant modernité (lignes pures, murs blancs) et tradition khmère (sols en bois et mobilier traditionnel en bois) cet hôtel de taille modeste a su préserver un côté intimiste.

Belmond La Résidence d'Angkor, à l'architecture traditionnelle, est confortablement niché dans de luxuriants jardins clos bordant la rivière. Construit en bois et aménagé dans le style local, l'hôtel offre tout le confort moderne ponctué de détails raffinés qui lui confèrent une ambiance accueillante et discrète.

Indra, roi des dieux, voulant un faire un cadeau à son fils qui régnait sur le Cambodge, lui fit visiter ses palais célestes afin qu'il choisisse son futur palais.  Le fils, par modestie, choisit les écuries (une variante dit les étables) d'Indra.  Indra chargea Pisnouka de les reconstruire sur la terre : ce fut Angkor Vat.  Puis le roi demanda à cet architecte formé par les dieux d'en construire beaucoup d'autres... Ainsi naquirent les temples d'Angkor.Indra, roi des dieux, voulant un faire un cadeau à son fils qui régnait sur le Cambodge, lui fit visiter ses palais célestes afin qu'il choisisse son futur palais.  Le fils, par modestie, choisit les écuries (une variante dit les étables) d'Indra.  Indra chargea Pisnouka de les reconstruire sur la terre : ce fut Angkor Vat.  Puis le roi demanda à cet architecte formé par les dieux d'en construire beaucoup d'autres... Ainsi naquirent les temples d'Angkor.
Indra, roi des dieux, voulant un faire un cadeau à son fils qui régnait sur le Cambodge, lui fit visiter ses palais célestes afin qu'il choisisse son futur palais.  Le fils, par modestie, choisit les écuries (une variante dit les étables) d'Indra.  Indra chargea Pisnouka de les reconstruire sur la terre : ce fut Angkor Vat.  Puis le roi demanda à cet architecte formé par les dieux d'en construire beaucoup d'autres... Ainsi naquirent les temples d'Angkor.Indra, roi des dieux, voulant un faire un cadeau à son fils qui régnait sur le Cambodge, lui fit visiter ses palais célestes afin qu'il choisisse son futur palais.  Le fils, par modestie, choisit les écuries (une variante dit les étables) d'Indra.  Indra chargea Pisnouka de les reconstruire sur la terre : ce fut Angkor Vat.  Puis le roi demanda à cet architecte formé par les dieux d'en construire beaucoup d'autres... Ainsi naquirent les temples d'Angkor.
Indra, roi des dieux, voulant un faire un cadeau à son fils qui régnait sur le Cambodge, lui fit visiter ses palais célestes afin qu'il choisisse son futur palais.  Le fils, par modestie, choisit les écuries (une variante dit les étables) d'Indra.  Indra chargea Pisnouka de les reconstruire sur la terre : ce fut Angkor Vat.  Puis le roi demanda à cet architecte formé par les dieux d'en construire beaucoup d'autres... Ainsi naquirent les temples d'Angkor.Indra, roi des dieux, voulant un faire un cadeau à son fils qui régnait sur le Cambodge, lui fit visiter ses palais célestes afin qu'il choisisse son futur palais.  Le fils, par modestie, choisit les écuries (une variante dit les étables) d'Indra.  Indra chargea Pisnouka de les reconstruire sur la terre : ce fut Angkor Vat.  Puis le roi demanda à cet architecte formé par les dieux d'en construire beaucoup d'autres... Ainsi naquirent les temples d'Angkor.

Indra, roi des dieux, voulant un faire un cadeau à son fils qui régnait sur le Cambodge, lui fit visiter ses palais célestes afin qu'il choisisse son futur palais. Le fils, par modestie, choisit les écuries (une variante dit les étables) d'Indra. Indra chargea Pisnouka de les reconstruire sur la terre : ce fut Angkor Vat. Puis le roi demanda à cet architecte formé par les dieux d'en construire beaucoup d'autres... Ainsi naquirent les temples d'Angkor.

En périphérie des bassins , la végétation est luxuriante et les espèces s'entremêlent intimement , les feuilles et les fruits de l’ébénier (Diospyros mollis Griff.) sont employés pour teindre les tissus d’un noir intense tandis que l’écorce de Sterculia pexa Pierre, est utilisée pour fabriquer de solides cordages. Caesalpinia pulcherrima Sw., Cassia fistula L. et Allamanda cathartica L. sont des plantes ornementales courantes, prisées pour la beauté de leurs fleurs.

D’autres espèces revêtent à la fois un caractère esthétique et utilitaire. Le dartrier (Cassia alata L.) est ainsi cultivé pour ses belles grappes de fleurs jaune safran, écloses en saison des pluies, et pour ses feuilles utilisées en médecine traditionnelle contre les dartres et l’eczéma. Le roucouyer (Bixa orellana L.), dont les feuilles sont employées en bains et lotions contre les fièvres éruptives, est également estimé pour ses fleurs roses très décoratives, ainsi que pour ses fruits, dont les graines donnent un colorant rouge orangé très tenace, utilisé en teinture.

Beaucoup de plantes aquatiques , ainsi des Iris , scirpes, Papyrus, des jacinthes d'eau et des nymphea capensis adoucissent les lignes des bassins et des fontaines

Certains noms sont injustement oubliés de l'histoire. Ainsi, qui se souvient aujourd'hui que le site d'Angkor fut découvert par l'explorateur et naturaliste français Henri Mouhot ? Certains noms sont injustement oubliés de l'histoire. Ainsi, qui se souvient aujourd'hui que le site d'Angkor fut découvert par l'explorateur et naturaliste français Henri Mouhot ?
Certains noms sont injustement oubliés de l'histoire. Ainsi, qui se souvient aujourd'hui que le site d'Angkor fut découvert par l'explorateur et naturaliste français Henri Mouhot ? Certains noms sont injustement oubliés de l'histoire. Ainsi, qui se souvient aujourd'hui que le site d'Angkor fut découvert par l'explorateur et naturaliste français Henri Mouhot ?
Certains noms sont injustement oubliés de l'histoire. Ainsi, qui se souvient aujourd'hui que le site d'Angkor fut découvert par l'explorateur et naturaliste français Henri Mouhot ? Certains noms sont injustement oubliés de l'histoire. Ainsi, qui se souvient aujourd'hui que le site d'Angkor fut découvert par l'explorateur et naturaliste français Henri Mouhot ?

Certains noms sont injustement oubliés de l'histoire. Ainsi, qui se souvient aujourd'hui que le site d'Angkor fut découvert par l'explorateur et naturaliste français Henri Mouhot ?

Le peuple Khmer entretient depuis toujours une relation étroite avec la riche végétation qui l’entoure. Aujourd’hui encore, les Cambodgiens puisent abondamment dans leur environnement proche où les plantes jouent un rôle à la fois alimentaire, médicinal et utilitaire.

Beaucoup d’espèces présentes sur l'hôtel font partie intégrante des scènes de vie traditionnelles villageoises. Il s’agit principalement d’arbrisseaux ou d’arbustes (Abutilon indicum Sweet, Leucaena leucocephala De Wit, Sida acuta Burm. f., Sida rhombifolia L., Solanum torvum Sw.) ou de plantes herbacées dont on peut citer

parmi les plus fréquentes : Amaranthus spi- nosus L., A. tricolor L., Colocasia esculenta Schott, Crinum asiaticum L., Cymbopogon nardus Rendle, et Elephantopus scaber L.

Les haies bordant les cheminements sont souvent parsemées de très belles fleurs aux couleurs vives appartenant à Gloriosa superba L., une Colchicaceae grimpante dont les splendides fleurs rouges et jaunes ne doivent pas faire oublier la toxicité de la plante. On peut aussi admirer Clitoria ternatea L., aux délicates fleurs violettes, ou encore Coccinia grandis Voigt, liane herbacée à petite fleurs blanches

" Au fond des for^ets du Siam, j'ai vu l'étoile du soir se lever sur les grandes ruines d'angkor" Henri Mouhot, " Au fond des for^ets du Siam, j'ai vu l'étoile du soir se lever sur les grandes ruines d'angkor" Henri Mouhot, " Au fond des for^ets du Siam, j'ai vu l'étoile du soir se lever sur les grandes ruines d'angkor" Henri Mouhot,
" Au fond des for^ets du Siam, j'ai vu l'étoile du soir se lever sur les grandes ruines d'angkor" Henri Mouhot, " Au fond des for^ets du Siam, j'ai vu l'étoile du soir se lever sur les grandes ruines d'angkor" Henri Mouhot,
" Au fond des for^ets du Siam, j'ai vu l'étoile du soir se lever sur les grandes ruines d'angkor" Henri Mouhot, " Au fond des for^ets du Siam, j'ai vu l'étoile du soir se lever sur les grandes ruines d'angkor" Henri Mouhot, " Au fond des for^ets du Siam, j'ai vu l'étoile du soir se lever sur les grandes ruines d'angkor" Henri Mouhot,

" Au fond des for^ets du Siam, j'ai vu l'étoile du soir se lever sur les grandes ruines d'angkor" Henri Mouhot,

Partout un harmonieux mélange de plantes et d'art Kmer , des parcours qui ménagent la surprise et l'étonnement au détour d'un bassin , d'une piscine ou d'un escalier.

Dans ce jardin tropical, les objets ornementaux permettent d'atteindre un parfait équilibre entre le naturel et le construit.

Les objets ornementaux s'accordent avec le parti constructif et en soulignent l'harmonie : vasques , jarres , coupelles , murets pierres, statues en pierre ou en bois sculpté ( fougères et mousses sont promptes à recouvrir , renforçant encore l'élégance des lignes) décorent d'innombrables espaces intérieurs et extérieurs .

« Lorsqu’au soleil couchant mon ami et moi nous parcourions lentement la superbe chaussée qui joint la colonnade au temple, ou qu’assis en face du superbe monument principal, nous considérions, sans nous lasser jamais ni de les voir ni d’en parler, ces glorieux restes d’une nation éclairée qui n’est plus, nous éprouvions au plus haut degré cette sorte de vénération, de saint respect que l’on ressent auprès des hommes de grand génie ou en présence de leurs créations ».  Henri Mouhot, Journal 1859
« Lorsqu’au soleil couchant mon ami et moi nous parcourions lentement la superbe chaussée qui joint la colonnade au temple, ou qu’assis en face du superbe monument principal, nous considérions, sans nous lasser jamais ni de les voir ni d’en parler, ces glorieux restes d’une nation éclairée qui n’est plus, nous éprouvions au plus haut degré cette sorte de vénération, de saint respect que l’on ressent auprès des hommes de grand génie ou en présence de leurs créations ».  Henri Mouhot, Journal 1859
« Lorsqu’au soleil couchant mon ami et moi nous parcourions lentement la superbe chaussée qui joint la colonnade au temple, ou qu’assis en face du superbe monument principal, nous considérions, sans nous lasser jamais ni de les voir ni d’en parler, ces glorieux restes d’une nation éclairée qui n’est plus, nous éprouvions au plus haut degré cette sorte de vénération, de saint respect que l’on ressent auprès des hommes de grand génie ou en présence de leurs créations ».  Henri Mouhot, Journal 1859
« Lorsqu’au soleil couchant mon ami et moi nous parcourions lentement la superbe chaussée qui joint la colonnade au temple, ou qu’assis en face du superbe monument principal, nous considérions, sans nous lasser jamais ni de les voir ni d’en parler, ces glorieux restes d’une nation éclairée qui n’est plus, nous éprouvions au plus haut degré cette sorte de vénération, de saint respect que l’on ressent auprès des hommes de grand génie ou en présence de leurs créations ».  Henri Mouhot, Journal 1859
« Lorsqu’au soleil couchant mon ami et moi nous parcourions lentement la superbe chaussée qui joint la colonnade au temple, ou qu’assis en face du superbe monument principal, nous considérions, sans nous lasser jamais ni de les voir ni d’en parler, ces glorieux restes d’une nation éclairée qui n’est plus, nous éprouvions au plus haut degré cette sorte de vénération, de saint respect que l’on ressent auprès des hommes de grand génie ou en présence de leurs créations ».  Henri Mouhot, Journal 1859
« Lorsqu’au soleil couchant mon ami et moi nous parcourions lentement la superbe chaussée qui joint la colonnade au temple, ou qu’assis en face du superbe monument principal, nous considérions, sans nous lasser jamais ni de les voir ni d’en parler, ces glorieux restes d’une nation éclairée qui n’est plus, nous éprouvions au plus haut degré cette sorte de vénération, de saint respect que l’on ressent auprès des hommes de grand génie ou en présence de leurs créations ».  Henri Mouhot, Journal 1859

« Lorsqu’au soleil couchant mon ami et moi nous parcourions lentement la superbe chaussée qui joint la colonnade au temple, ou qu’assis en face du superbe monument principal, nous considérions, sans nous lasser jamais ni de les voir ni d’en parler, ces glorieux restes d’une nation éclairée qui n’est plus, nous éprouvions au plus haut degré cette sorte de vénération, de saint respect que l’on ressent auprès des hommes de grand génie ou en présence de leurs créations ». Henri Mouhot, Journal 1859

Les bambous ( bambou jaune -Phyllostachys aurea - ou bambousa ventricosa avec ses tiges noueuses très distinctives ) , le meilleur ami du paysagiste tropical et les palmes apportent une touche d'élégance sous les frondaisons des arbres à larges couronnes qui sont autant de refuges pour s'asseoir , rêver, ou se plonger dans la lecture .

Au centre des villages des régions équatoriales , on trouve des "compang" ou des tertres herbeux agréablement abrités du soleil par la frondaison d'un arbre majestueux.

"Seul le silence est grand ! Tout le reste est faiblesse."  A.de Vigny, les destinées."Seul le silence est grand ! Tout le reste est faiblesse."  A.de Vigny, les destinées.
"Seul le silence est grand ! Tout le reste est faiblesse."  A.de Vigny, les destinées."Seul le silence est grand ! Tout le reste est faiblesse."  A.de Vigny, les destinées.
"Seul le silence est grand ! Tout le reste est faiblesse."  A.de Vigny, les destinées."Seul le silence est grand ! Tout le reste est faiblesse."  A.de Vigny, les destinées."Seul le silence est grand ! Tout le reste est faiblesse."  A.de Vigny, les destinées.
"Seul le silence est grand ! Tout le reste est faiblesse."  A.de Vigny, les destinées."Seul le silence est grand ! Tout le reste est faiblesse."  A.de Vigny, les destinées.

"Seul le silence est grand ! Tout le reste est faiblesse." A.de Vigny, les destinées.

Tag(s) : #ASIE

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :